mardi 23 mars 2010

BANDE ANNONCE DU FILM L'AMOUR C'EST MIEUX A DEUX

Le 05 mai 2010 sortira au cinéma L'AMOUR C'EST MIEUX A DEUX co-réalisé par Dominique Farrugia et Arnaud Lemort. Voici la bande annonce :

mercredi 10 mars 2010

DOMINIQUE FARRUGIA FERME EN CATIMINI LESGRAVESINFOS.FR

Dominique Farrugia avait lancé au mois d'avril 2009 le site LESGRAVESINFOS.FR avec un journal d'humour quotidien présenté par Camille Combal.

L'aventure n'aura pas duré une année, le site étant fermé définitivement depuis quelques jours.

mardi 9 mars 2010

LES EXTRAITS DU LIVRE DE PHILIPPE GILDAS PARLANT DES NULS

J'ai terminé de lire l'autobiographie de Philippe Gildas "Comment réussir à la télévision quand est on petit, breton, avec de grandes oreilles ?" et il parle évidemment de notre ami LES NULS.


Voici les extraits les concernant :

Contexte : De Greef et Philippe Gildas parlent de la nouvelle émission de Philippe qui deviendra NULLE PART AILLEURS

"J'ai beau être breton et râblé, dis-je à De Greef, je ne tiendrai pas seul cette nouvelle émission sur mes épaules. J'ai peut-être une idée. - Moi aussi", dit aussitôt Alain. En trente secondes top chrono, nous tombons tous les deux d'accord, car nous avons la même idée toute simple : il nous faut de l'humour, des agitateurs créatifs, inventifs, capables de surprendre à chaque instant et de faire rire ! Pourquoi pas la bande d'Alain Chabat ? On peut donc passer à table ! Sauf qu'une fois à table, Alain me confie qu'il doit tout de même régler un petit problème : l'équipe du vaisseau spatial d'Objectif Nul n'existera peut-être plus.

C'est le 10 avril 1987 que Canal+ a bouclé la diffusion de la première et unique série d'Objectif Nul. Il a fallu plus d'un an pour en réaliser les cinquante épisodes, qui n'ont pas été regardés par grand monde : hormis un papier dithyrambique dans Starfix, paru trop tard, personne n'en a parlé ou presque. Lescure m'avait raconté que lors de la projection pour la presse, avant la diffusion, il était le seul à rire dans la salle, avec de Greef, alors qu'ils connaissaient déjà les blagues. Un flop complet ! Heureusement que le public, lui, a compris : Objectif Nul fait rapidement l'objet d'un culte.

Signer pour une deuxième série, pourquoi pas ? Mais cela veut dire disparaître pendant douze ou quinze mois. Le problème, c'est que pour son émission PIRATES sur TF1, Pascale Breugnot veut les débaucher en leur offrant un pont d'or. Farrugia n'est pas allé au rendez-vous. Chabat en est revenu la queue entre les jambes ; pour Bruno et Chantal, cela prend un peu plus de temps, jusqu'au jour où Alain de Greef reçoit un appel de cette dernière, en pleurs. Ses parents l'ont grondée, lui rappelant qu'elle n'a pas le droit de quitter Canal+, qui lui a donné sa chance. Entre deux sanglots, elle implore : "Est-ce que nous pouvons revenir, Bruno et moi, s'il n'est pas trop tard ?..." Sauf que nous sommes déjà au mois de juillet : dans l'urgence, Alain monte un rendez-vous avec Lescure, le producteur Patrick Beaufront et ceux que je ne vais pas tarder à baptiser, instinctivement, LES NULS. Nous planchons d'arrache-pied sur le nouveau talk-show du soir. Premier direct programmé le 31 août 1987. Les vacances seront courtes, très courtes. Priorité absolue : trouver un titre !

Je me souviens d'une réunion dans le bureau de Lescure, nous sommes tous debout, en train de marcher dans tous les sens en nous envoyant à la tête des titres en tous genres, tournant autour du mot "nul". Je pense que c'est Chabat qui l'a lancé, peut-être inspiré par Bonaldi... Convaincus par de Greef, les Nuls réfléchissent à un journal télévisé, intitulé en toute logique JTN, pour le JT Nul, dont le générique est illico réalisé par le jeune et talentueux Alexis Bourriquet. Je suis ravi de la place accordée au JTN à 20 heures pile (...)

(...)Avant de travailler avec eux, je ne connaissais pratiquement par les Nuls ; tout juste nous étions-nous croisés sans même nous dire bonjour dans le vaste hall de Canal+, eux en tenue de cosmonautes à deux balles du vaisseau Liberator période Objectif Nul. Au début, je suis à la fois surpris et effrayé par leur manière d'opérer. Comme ils sont incapables de se lever tôt, ils bossent certes comme des fous, mais dans l'urgence la plus totale, avec la trouille au ventre. Les premières semaines, plutôt inquiet, je prends l'habitude d'aller les voir vers 17 heures pour m'assurer d'abord qu'ils sont arrivés, ensuite pour savoir ce qu'ils ont décidé de faire en direct. Généralement, je ressors de leur bureau plus stressé qu'en rentrant. Du coup, je me force de n'y passer qu'une fois de temps en temps, pour les encourager ; j'ai constaté qu'ils ne sont jamais arrivés en retard à l'émission. J'ai même rapidement observé combien ils sont justes et méticuleux (...)

(...) Ce timing impeccable, ils le doivent aussi à Dominique Farrugia, alias le "Prince de la nuit", comme le surnomme Carette, qui écrit bon nombre de leurs brèves, en plus de présenter sa météo très particulière ce soir.

Les Nuls font le succès de l'émission. Je ne suis pas mécontent de leur avoir trouvé ce nom, dans une improvisation non réfléchie. Surpris, Chabat était aussitôt monté voir Lescure, non pour se plaindre mais pour lui faire part de son inquiétude : "Les Nuls, tout de même, tu ne trouves pas ça complètement naze ? Moi ça me fait penser à "Les Barrios", ces clowns qui me minaient dans les années 1960 ! Si Gildas continue, ça va nous rester, cette connerie !" Lescure le rassure, ajoutant qu'il aime ce nom qui fonctionne immédiatement comme une private joke : tous ceux qui connaient Les Nuls savent qu'ils ne le sont pas, c'est à la fois prétentieux sans l'être ! Alain s'y est habitué très vite et quelques jours plus tard il est venu me voir en me disant : "Je ne sais pas pourquoi j'ai fait un blocage sur Les Nuls. Ca nous va très bien. Je n'ai jamais eu de flair pour ce genre de choses".

(...)Les Nuls nous font comprendre, à de Greef et moi, qu'ils n'en peuvent plus du rythme quotidien, qu'ils angoissent, qu'ils veulent arrêter. Ils parlent vaguement d'une émission hebdomadaire pour la saison suivante ; en fait ils vont se contenter, en 1988-1989, de TVN 595, un programme de plusieurs heures présentant une chaine fictive, splendidement réalisé par le regretté Mathias Ledoux, et La nuit la plus Nuls, avec des séries télé et des films qu'ils adorent. Je ne les reverrai dans Nulle Part Ailleurs qu'à la rentrée 1989 avec l' ABCD Nuls, une séquence enregistrée qui s'interrompt avec la brutale disparition de Bruno, emporté par une maladie fulgurante en décembre 1989.





CHANTAL LAUBY LE 14 MARS 2010 SUR LA RTBF

Chantal sera invitée de l'émission HEP TAXI sur la chaine belge RTBF le 14 mars 2010.

Voici un extrait :